C’est bien connu, pour investir il faut avoir les reins solides et … de bonnes bases. La première de ces bases étant la communication

En tant que femme (BelleBoss), quand vous allez investir, votre pire ennemi sera vous-même. Plus précisément vos défauts qui accélèreront votre chute financière ou, en sachant les reconnaître et les modeler, vous permettront d’avancer plus vite que la moyenne.

Aussi il est vital de se connaître et de connaître ses freins afin de pouvoir les ajuster pour mieux avancer.

Défaut N°1 : Je suis chiante …

… et je ne vais pas me faire que des amis

Sachons le reconnaître :

Les femmes sont tout simplement chiantes !

Et moi la première !!!

Je vous invite le soir, assise dans votre canapé, à analyser votre journée et, en étant honnête avec vous même, demandez vous si à un moment de la journée, même à un infime moment, si vous n’aviez pas été énervante inutilement (on change un peu le terme)

La vraie question à se poser est de savoir si le fait d’avoir été chiante nous a fait perdre du temps ou pas.

Mon anecdote : Après la signature d’un document de vente chez le notaire et après avoir donné X fois mon adresse, la secrétaire m’appelle afin de me demander, je vous laisse deviner, mon adresse afin de m’envoyer les documents de vente.

Quelle aurait été la solution me faisant perdre le moins de temps ?

  1. « Pas de soucis, je vous donne cela de suite » (sachant que le document est important ET pour moi)
  2. « Je ne comprends pas, j’ai déjà donné mon adresse 3 fois

– oui effectivement Madame, il y a eu un soucis

– Pourquoi ? Comment cela se fait ? L’information n’a pas été transmise ?

– Je regarde, Madame, non effectivement je ne le retrouve pas

– C’est une perte de temps

– Je vous le confirme, cela vous dérange-t-il réellement de me donner votre adresse, c’est pour vous envoyer votre document

– non bien sur »

Je vous avoue en raccrochant je me suis dit « chapeau bas pour cette secrétaire patiente et je suis une véritable chieuse, et pire j’ai perdu 10 minutes de ma vie inutilement.

Comment mes questions m’ont-elles permises d’avancer dans mon projet ?»

Ne cherchez pas la réponse il n’y en a pas.

Je le confirme encore car il aurait été plus facile et plus rapide pour tout le monde si j’avais choisi la solution 1 (vous vous en êtes doutées que j’avais choisi la solution 2)

Le véritable défaut ici est la mauvaise curiosité car, nous les femmes – et pas que – nous souhaitons tout le temps connaître la réponse à la fameuse question : POURQUOI ?

Pourquoi n’ont-ils pas mon adresse ?

La réponse à cette question me fera-t-elle avancée ? NON

Pourquoi l’information n’a-t-elle pas été transmise ?

La réponse à cette question me fera-t-elle avancée ? NON

Bref, même si j’ai une réponse à ces questions, elles ne me servent à rien puisqu’elles ne me permettent pas d’avancer.

À partir de cette banale conversation je me suis jurée qu’avant de poser une question à quiconque je me demanderai avant tout :

« Vais-je perdre mon temps si je lui pose cette question ou vais-je apprendre une information d’une importance capitale pour ma vie ? »

Et en fonction de la réponse j’avance et j’arrête de perdre mon temps et le temps des autres.

Je ne dis pas qu’être chiante est un défaut dans tous les sens du terme. Il faut garder en tête que ce défaut fait avancer le monde. Ce qui est réellement dérangeant c’est quand cela vous fait réellement perdre votre temps.

Donc arrêtons de perdre et sachons être chiante quand il le faut !

Défaut n°2 : J’ai tout le temps raison !

Ce défaut fait parti de l’égo humain. Quand on sait qu’on a raison et que notre interlocuteur ne le reconnaît pas notre amour-propre en prend un coup, et dans le cas où il le reconnaît, de force ou pas, la fierté fleurissante nous donne du baume au coeur pour toute la journée.

Le problème c’est qu’en ayant raison, la personne qui a du avouer sa défaite reste généralement amère et hostile à toute négociation par la suite (souvenez-vous de la dernière fois où vous aviez tord, je ne pense pas que vous dansiez la rumba)

Et dans le cas d’une négociation ou d’un simple marchandage … on ne se fait pas des amis.

Dans ce cas également, il faut se poser la question :

Si je montre de force que j’ai raison et que mon interlocuteur est agacé, cela joue-t-il en ma faveur ou au contraire en ma défaveur?

Même si cela nous tord les tripes, le fait de donner raison à une personne, même si elle a tord et qu’elle s’en rend compte par la suite (et ne vous dit rien), lui permettra d’avoir cette condescendance, cette arrogance, cette fierté, qui dans un premier temps, c’est vrai, vous mettra dans la position de l’agacée et dans un second temps vous permettra de vous rendre compte que votre interlocuteur est un peu moins sur ses gardes et plus ouvert à faire des gestes commerciaux en votre faveur.

C’est en lisant « Comment se faire des amis ? » de Dale Carnégie que j’ai compris que dans la plupart des cas, le fait de donner raison permet d’avoir généralement des avantages et je peux le dire, je suis quelque peu philanthrope puisque je permet à une personne d’être heureuse pendant 10 minutes et bizarrement au fil du temps vous en serez également contentes. Et avec de l’entraînement, vous vous rendrez compte que le fait d’avoir raison sur des détails parfois inutiles vous a, par le passé, fait perdre beaucoup de temps (que vous ne perdrez plus)

Attention je ne vous invite strictement pas à vous rabaisser !!! Ce que je préconise c’est de ne plus perdre son temps surtout pour une personne étrangère à votre vie.

Défaut n°3 : C’est trop risqué, j’ai trop peur !!!

C’est le défaut qui énerve le plus et qui est le plus bloquant.

Nous avons peur donc nous hésitons sans cesse et n’avançons pas !

J’avais lu un article (désolée je n’ai plus les références) qui avait indiqué que la peur de réussir des femmes trouvez une explication dans leur côté maternel et protecteur. Ce n’est pas un défaut quand on développe cet aspect avec ses enfants, sa famille ou ses amis (tant qu’on n’est pas dans l’excès). Toutefois cela peut représenter un véritable boulet dans la carrière professionnel.

Un véritable frein car nous avons peur des risques.

Dès que nous percevons un risque, notre côté maternel nous indiquera d’éloigner ce risque et, bien souvent, sans penser que ce risque pourrait être bénéfique pour nous, à travers le développement de soi, ou pour notre carrière. Nous avons tout simplement peur.

Parfois combattre ce défaut et se forcer à prendre des risques nous permettent d’avancer plus vite et d’aller au delà de ce que l’on pense être capable de faire.

Aussi les personnes ayant le plus réussies sont celles qui ont pris le plus de risques.

J’ajouterai également que notre imagination débordante aboutissant aux fameux :

– et si j’échoue …

– et si je n’y arrive pas …

– et si je perds tout …

– et si je me retrouve toute seule …

– et si on se moque de moi …

– et si je suis ridicule …

nous empêche également avancer.

Comme dans tout projet, tout est question de la confiance en soi.

Ayez donc confiance en vous et soyez maternelles quand il le faut !

Mon article se termine ici !

Bien sûr, je n’ai pas mis tous les défauts (n’est-ce pas les hommes ?) je reste consciente que nous sommes dépensières, compliquées, que nous prenions une vie pour nous décider et j’en passe. L’objectif ici est de débuter sur les défauts de base. La première étape comme on dit, le reste viendra après.

J’espère vous avoir aidé les BelleBoss, quelques soient vos projets, ne visez jamais le petit, visez toujours l’immense.

Soyez gourmandes, rêveuses, honnêtes et déterminées.

« Les gens qui réussissent sont ceux qui cherchent des circonstances qu’ils désirent et qui, s’ils ne les trouvent pas, les créent » – George Bernard Shaw

Je vous invite donc à créer votre monde.

Merci d’avoir lu cet article, jusqu’au bout, j’espère qu’il t’a aidé ou qu’il peut aider un de tes amis.

Si c’est le cas, partage-le !

Jennie Léonie

Sans sucre et sans lactose pour vivre mieux et cartonner.

💚 Bien manger, bien voyager 💚